Je n’arrive pas à me pardonner

Notre cœur est tortueux par-dessus tout.

Seul Dieu en connaît les profondeurs.

A cause de cela notre vie est remplie d’événements, de paroles, d’actes dont nous avons honte.

Quelquefois la honte semble ne jamais s’en aller. Certains de nos actes nous poursuivent.

Que faire lorsque nous n’arrivons plus à nous regarder dans la glace ?

Nous nous disons que jamais nous ne nous pardonnerons.

Cela vous surprendra peut-être, mais je pense qu’il est bon de se dire que nous ne nous pardonnerons jamais. En effet, ce n’est jamais à nous de nous pardonner. Nous sommes la dernière personne à pouvoir le faire.

Cela vous étonne ?

Réfléchissez-y. Supposons que j’aille visiter un meurtrier en prison et que je lui dise : Je vous pardonne votre crime, vous pouvez sortir.

Que pensera-t-il de moi ? Il pensera que je suis fou : je ne suis ni la victime du meurtre, ni le juge. Je ne suis ni celui qui a subi le crime, ni celui qui condamne.

Comprenez-vous maintenant où est le problème lorsque nous disons que nous ne nous pardonnons pas ? Nous ne sommes ni la victime de notre cœur mauvais, ni le juge.

Qui peut nous pardonner ? La personne à qui nous avons fait du mal et Dieu. Nous pardonner n’a pas plus de sens que de pardonner un meurtrier qui a tué quelqu’un qui nous est inconnu.

Vous n’avez pas besoin de vous pardonner. Vous avez besoin de l’Évangile.

La culpabilité et la honte que vous ressentez sont normales : vous êtes coupable et ce que vous avez fait est honteux.

Mais le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Jésus. Puisqu’il savait que nous sommes coupables, puisqu’il connaissait notre honte, il est venu pour mourir la mort que nous méritions. Nous sommes coupables mais il a accepté de prendre sur lui ce que nous méritions.

Il a aussi pris notre honte : c’est pour cela qu’il mort de manière honteuse, nu sur une croix, exposé aux moqueries. C’est ce que nous méritions.

La résurrection de Jésus prouve qu’il ne méritait pas ce qu’il a subi. Dieu l’a déclaré juste en le ressuscitant d’entre les morts.

Le juge a accepté le prix que Jésus a payé : vous êtes coupable mais Jésus a payé pour vous et vous êtes pardonné.

Vous ne pouvez pas vous pardonner parce que vous n’êtes ni la victime ni le juge. Seul le juge peut vous déclarer innocent et seule une victime peut vous dire qu’elle vous pardonne.

Lorsque vous dites : « Je n’arrive pas à me pardonner », soit vous vous considérez comme victime soit comme juge alors que vous êtes coupable de votre péché.

Vous n’êtes pas la victime : les personnes à qui vous avez fait mal le sont. Vous n’êtes bien entendu pas le juge : seul Dieu l’est.

Lorsque le mal que vous avez fait vous ronge, lorsque votre conscience vous dit que vous êtes mauvais, ne cherchez pas à vous pardonner : vous n’avez pas cette autorité.

Confessez plutôt votre faute, rappelez-vous que si vous confessez vos péchés, Dieu est fidèle et juste pour vous les pardonner à cause du sang de Christ qui efface vos péchés.

Vous avez besoin du pardon de Dieu, recevez-le en Jésus.