La Bible n’est pas claire (ou alors…)

Il faut se rendre à l’évidence, quelques fois nous lisons certains passages de la Bible et nous nous disons : qu’est-ce que l’auteur veut dire ?

D’autres fois, nous lisons un passage que nous connaissons et nous nous rendons compte que nous le comprenions mal.

Il arrive aussi que, lors d’une étude biblique, un même passage est compris de plusieurs manières différentes.

Beaucoup se disent donc que la Bible n’est pas claire, qu’elle est ambigüe, difficilement compréhensible. Souvent cela est utilisé pour attaquer la foi évangélique de deux manières :

  • en rejetant la Bible comme source de vérité (par nos amis athées ou musulmans, par exemple)
  • en déclarant que nous avons besoin d’un interprète extérieur (le magistère catholique romain, les prophètes mormons, le conseiller sage et avisé des témoins de Jéhovah).

La Bible est-elle si peu claire qu’elle ne pourrait pas nous servir de base pour notre foi ? En sommes-nous réduits à la rejeter ou à chercher un interprète officiel ?

J’aimerais proposer une autre possibilité qui n’est pas souvent mentionnée. En fait, j’aimerais laisser Jésus exposer le cœur du problème.

Nous sommes juste après la résurrection. Jésus est accompagné de deux hommes, ils étaient ses disciples, l’ont vu crucifié et sont tristes. En effet, ils ne savent pas que Jésus est ressuscité et ne l’ont pas reconnu. Ils n’ont donc plus d’espoir. Voici l’évaluation que Jésus fait de la situation :

Ô hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! Ne fallait-il pas que le Christ souffre ces choses, et qu’il entre dans sa gloire ? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait. (Luc 24.25-27)

Jésus considère que le message était clair, compréhensible, qu’ils auraient dû le comprendre. Le problème ne venait pas de la Bible.

Ces deux hommes n’avaient pas compris la Bible non parce qu’elle n’était pas claire mais parce qu’ils étaient « sans intelligence » et avaient un « cœur lent à croire ».

Lors d’une communication, il y a deux personnes impliquées : celui qui émet le message et celui qui reçoit le message. Il est facile d’accuser tout de suite Dieu, l’émetteur du message alors que le problème est chez nous, le récepteur.

L’orgueil de notre cœur lent à croire accuse souvent Dieu de ne pas être clair, mais le problème est en nous, pas en lui.

Heureusement, Dieu ne nous laisse pas à la merci de notre cœur. Il est puissant pour ouvrir notre intelligence et faire que nous comprenions peu à peu ce que la Bible nous dit, ce qu’il nous dit.

Puis il leur dit : C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes. Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprennent les Écritures. (Luc 24.44-45)

Rendons donc grâce au Dieu qui sait parler de manière claire et qui est puissant pour nous faire comprendre.