Le travail et la volonté de Dieu – I

Travailler, c’est avant tout servir Dieu en servant les hommes. Dieu nous a tous créés dépendants de lui et dépendants des autres. Nous ne pouvons pas apporter quelque chose à Dieu. Il n’a pas besoin de nous. Il soutient notre existence et nous donne tout, mais lui n’a besoin de rien.

Par contre, il nous a créés pour être au service des autres. Chaque homme a besoin d’autres hommes pour couvrir ses besoins. Chaque homme a besoin des autres hommes pour progresser.

Une multitude de travaux possibles

La notion de travailler comprend des tâches aussi variées que changer une couche, vider une poubelle, apprendre un enfant à lacer ses chaussures, transmettre notre sagesse ou nos compétences à d’autres, garder un enfant, apprendre ce qui nous est nécessaire pour progresser dans notre service.

Nous sommes tous au service de quelqu’un et nous devons tous servir quelqu’un. Plus précisément, nous devons tous servir plusieurs personnes et être servis par plusieurs personnes. Il y a devant nous des millions de possibilités pour travailler. Il y a tant de possibilités qu’il est facile de ne pas faire ce que Dieu attend de nous.

Tant de choix et tant d’erreurs possibles

Il y a donc devant nous littéralement des millions de possibilités pour obéir au commandement de travailler 6 jours. Chaque personne que nous croisons est une personne que nous pouvons servir. De plus maintenant, nous avons même les moyens de servir des personnes que nous ne croiserons jamais au travers d’internet, par exemple.

Avec cela, nous courons un premier risque : être débordé. Nous pouvons vouloir tout faire, aider tout le monde. Nous nous retrouvons alors désespérés de ne pas y arriver, vidés d’énergie pour pouvoir accomplir ce que nous voudrions. Comment donc faire le tri ?

Comme nous comprenons que nous ne pouvons pas tout faire, un autre risque se profile devant l’étendue de nos choix : être paralysé, ne pas savoir choisir et ne rien faire. Lorsque que nous regardons en arrière, nous voyons les occasions manquées mais nous ne savons toujours pas agir dans le présent. Nous vivons simplement avec la peur de se tromper de choix.

Même si nous limitons ce que nous faisons, cela ne garantit pas que notre vie soit équilibrée : je peux travailler trop pour gagner de l’argent mais pas servir suffisamment ma famille ou le contraire.

Comme si cela ne suffisait pas, la paresse nous guette aussi bien souvent. Il n’est pas toujours facile de savoir si notre envie de nous reposer est légitime ou le résultat d’un manque d’envie de servir.

Puisque nos vies sont si différentes, puisque nous sommes tous différents, il est impossible de donner une formule magique qui va résoudre tous les problèmes et les cas de conscience de chacun. Par contre, en réfléchissant avec l’aide de la Bible dans notre situation, nous allons pouvoir déterminer certains principes qui vont pouvoir nous guider dans notre situation.

Je vous propose de réfléchir à partir de notre définition du travail pour déterminer notre première étape pour évaluer si nous travaillons d’une manière qui plaise à Dieu.

Une première ligne directrice pour vous aider

Puisque nous avons défini travailler comme servir Dieu en servant les hommes, nous en déduisons que le travail est une relation. Le travail est quelque chose qui se produit lorsque plusieurs personnes se rencontrent et agissent les unes avec les autres et les unes pour les autres.

Puisque le travail est le résultat de relations et qu’il se produit dans le cadre de nos relations, comprendre nos relations et nos responsabilités dans chaque relation est primordial pour bien diriger notre vie.

Puisque personne n’est Dieu, personne ne peut donner indéfiniment à tout le monde. Puisque personne n’est Dieu, personne ne peut recevoir de personne. Je suis donc responsable de donner à chacun ce que Dieu me demande de lui donner, mais aussi d’accepter de chacun ce que Dieu me demande d’accepter. Lorsque je suis parent d’un enfant de 6 ans, je suis responsable de le nourrir mais l’enfant est aussi responsable d’accepter cette nourriture que je lui donne.

La Bible nous permet de grouper les personnes que nous rencontrons en plusieurs catégories. Reconnaître ces catégories de personnes, comprendre notre lien avec chaque va être le premier pas pour agir avec sagesse dans notre vie. Si je comprends ce que je dois dans chaque relation et ce que chaque relation me doit, je vais apprendre à voir si j’agis selon ce que Dieu me demande ou si je vis dans le désordre, voire la paresse.

La Bible regorge de passages qui définissent nos principales relations. Nous pouvons penser par exemple à Ep 5.22-6-9, 1 Pi 2.12-3.11, Col 3.16-4.1, Rom 12.18-13.9, Tite 2.1-3.2.

L’Église a donc depuis longtemps reconnu que Dieu définit ces grandes familles de relations :

  • l’Église et le peuple de Dieu
  • la famille (principalement les relations parents/enfants et mari/femme)
  • notre employeur et nos collègues
  • le rapport avec l’autorité du lieu où nous vivons (états, tribus, etc.)
  • les autres

Ne négligeons pas l’importance de comprendre cela. Les lettres du Nouveau Testament nous rappellent ces différentes catégories sans cesse. Ceux qui prennent au sérieux la Bible ont souvent travaillé à ce qu’elles soient connues. Ainsi, le catéchisme de Luther faisait mémoriser à chacun un ou plusieurs versets clefs pour qu’il se rappelle les devoirs de chacun dans ces relations.

Il est donc important pour nous d’avoir conscience des relations dans lesquelles nous sommes pour pouvoir servir au mieux Dieu dans notre vie.

Où en êtes-vous ?

Avez-vous l’impression d’avoir conscience de toutes ces relations ? Avez-vous le sentiment de ne pas en faire assez ? Êtes-vous au contraire épuisé d’en faire toujours trop ? Avez-vous des craintes de privilégier certaines relations par rapport à d’autres ?

Même si vous pensez que vous gérez tout correctement, cela peut valoir le coup pour vous de faire un bilan. Commencez par un geste simple : listez-vous chacune des personnes que vous rencontrez, classez-les dans les différentes catégories que nous avons évoquées (famille, Église, autorité, employé/responsables/clients, autres). Vous pouvez le faire mentalement, sortir une feuille de papier ou votre tablette, cela n’a pas d’importance. Faites-vous cette liste et lisez les passages cités dans cet article en les méditant.

Ce simple exercice peut vous ouvrir les yeux sur vos manquements ou au contraire vous encourager en vous montrant que vous faites ce que Dieu vous demande.

En tout cas, nous allons explorer peu à peu ces relations pour vous aider à y voir plus clair.