N’écoute pas ton coeur !

Écoute ton cœur. Nous entendons cette phrase d’une manière ou d’une autre tout autour de nous.

Quelquefois, il semble que cette manière de penser s’introduit dans l’Église. Toute envie/sensation forte que nous ressentirions serait la volonté de Dieu.

Naturellement, nous refusons d’attribuer ces envies/sensations à Dieu si nos intentions ne sont pas bonnes ou si notre projet va contre les commandements de Dieu. Mais sinon, n’importe lequel de nos projets peut être déclaré volonté de Dieu, si nous le ressentons assez fort :

      • l’envie de déménager
      • le choix d’un conjoint
      • l’orientation professionnelle
      • la destination pour nos vacances

Il me semble qu’un épisode de la vie de David nou mets en garde contre cela : Lorsque David a voulu construire le temple, Dieu a dit non. Ce n’était pas sa volonté. Pourtant, lorsque nous y réfléchissons, tout semblait parfait : David avait de bonnes intentions, voulait faire une bonne œuvre et a même eu l’approbation d’un prophète.

Vos bonnes intentions ne garantissent pas la volonté de Dieu

Lorsque le roi habita dans sa maison, et que l’Éternel lui eut donné du repos, après l’avoir délivré de tous les ennemis qui l’entouraient, il dit à Nathan le prophète : Vois donc ! j’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite au milieu d’une tente. (2Sa 7.1-2)

Dieu a tout donné à David. Il était fils de berger en temps de guerre et il se retrouve roi en temps de paix. De plus, il habite maintenant dans un palais royal. Pourtant Dieu n’a toujours pas de temple en Israël. David médite sur les bienfaits que Dieu lui donne et veut lui créer le temple qu’il mérite.

Peut-on imaginer intention plus noble ? Cela me semble difficile. Pourtant Dieu n’a pas approuvé le projet de David. Dieu voulait faire autre chose.

Une bonne œuvre ne garantit pas la volonté de Dieu

David avait de bonnes intentions, mais ce n’est pas tout : il voulait faire quelque chose de bien. Dieu avait prévu dans la loi de Moïse qu’il choisirait un endroit pour demeurer. Construire pour Dieu un temple était une bonne œuvre. Pourtant, même cela ne suffisait pas ; David avait de bonnes intentions, voulait faire de bonnes œuvres, mais pourtant ce n’était pas la volonté de Dieu. Mais ce n’est pas tout ce que David avait, il semblait avoir la carte joker : un prophète lui a confirmé qu’il pouvait faire ce qu’il avait dans le cœur.

La parole d’un prophète ne garantit pas la volonté de Dieu

Nathan répondit au roi : Va, fais tout ce que tu as dans le cœur, car l’Éternel est avec toi. (2Sa 7.3)

Combien d’entre nous voudrions cela, un véritable prophète de Dieu qui nous dit : « Fais ce que tu as dans le cœur. » Combien donnerions-nous pour savoir que ce que nous voulons faire est ce que Dieu veut que nous fassions ? Combien construiraient leur vie sur la parole d’un pasteur ou d’une personne qui se prétend prophète ?

Ici nous voyons que même la parole d’un véritable prophète ne nous garantit pas que nous faisons ce que Dieu veut, pas plus que de bonnes intentions ou la volonté de faire une bonne œuvre.

N’avons-nous donc aucune assurance ?

Bien sûr que si, nous pouvons avoir confiance en tout ce qu’affirme la Bible. Sur notre cœur, elle affirme cela : « Le cœur de l’homme est tortueux par-dessus tout. Qui peut le connaître ? » (Jérémie 17.9)
Nous pouvons être assuré que Dieu connaît notre cœur et nous déclare qu’il est mauvais. Ainsi, méfions-nous de tout ce que nous avons dans le cœur, même si cela nous semble bon, même si nos intentions sont bonnes, même si un homme de Dieu nous dit que nous devons l’écouter.
Ne mettons une confiance absolue qu’en une seule chose : la Parole de Dieu. J’insiste sur le mot Parole. J’insiste sur ce que cela veut dire : les mots prononcés par Dieu. Avant que Dieu ne parle à Nathan, ce que Nathan avait prononcé n’était que ce qui sortait de son cœur. La Bible ne nous donne pas d’exemple de « Dieu a parlé à mon cœur ». Les exemples qu’elle nous donne sont des exemples de Dieu qui prononce des mots.
Ce dont nous pouvons être sûr n’est pas ce que nous ressentons, quelque soit l’intensité avec laquelle nous le ressentons. Ce dont nous pouvons être sûr est ce qu’affirme la Bible.
Quand mon cœur, ou le cœur de quelqu’un d’autre, affirme que quelque chose va se produire, ou qu’il faut prendre tel ou tel chemin, ce n’est que le cœur de cet homme qui parle et il nous faut le prendre avec prudence.
Quand la Bible nous annonce quelque chose, nous pouvons en être sûr même si nous ne ressentons rien de particulier. Ainsi, que je le sente ou pas, Jésus est ressuscité des morts et reviendra juger ce monde au jour fixé.

Marcher dans la confiance

La vérité, c’est que personne ne sait ce que Dieu veut si ce n’est pas écrit dans la Parole. La seule manière de connaître la volonté de Dieu sur ce qu’il ne nous a pas transmis par écrit est de le voir se dérouler devant nos yeux. Ce que Dieu veut de toute éternité se déroule devant nos yeux et nous l’apprenons au fur et à mesure.
Nous n’avons pas à deviner ce que Dieu veut, cela va se produire. Nous n’avons pas à craindre de faire le contraire de la volonté de Dieu, Dieu dirige toute chose. Il ne nous impose pas de deviner ce qui va se passer, au contraire les choses cachées sont à lui et il nous demande de nous concentrer sur ce qu’il nous a clairement communiqué.
Ainsi, nous allons effectivement faire attention que nos intentions sont bonnes, que nos œuvres sont bonnes, et écouter notre entourage (pas seulement les personnes qui ont un ministère) pour obtenir leur sagesse. Mais tout cela, nous le savons, ne nous donnera pas la volonté de Dieu, simplement une direction.
Dans tout cela, nous pouvons marcher avec confiance, Dieu dirigera et les choses se passeront comme il le veut. Il dirige miraculeusement : ainsi David a été arrêté par une Parole de Dieu à Nathan et Saul a été stoppé sur le chemin de Damas par une apparition de Jésus. Mais il dirige aussi de manière ordinaire : Ruth a ainsi rencontré Booz et est devenue l’ancêtre de Jésus, de même Esther a sauvé le peuple juif malgré les manigances qui se déroulaient.
Nous n’avons pas l’assurance de savoir ce qui va se produire, mais nous avons l’assurance que notre Dieu fait concourir toute chose pour le bien de ceux qui l’aiment, il dirige tout pour qu’ils ressemblent à Christ au jour de son retour.
Marchons donc en toute confiance, pas en ce que notre cœur nous dit, mais en ce que Dieu nous dit.