Pour mieux vivre les souffrances à venir

La théologie fait peur à beaucoup, souvent nous nous représentons le théologien comme celui qui vit tout seul dans sa tour d’ivoire et trouve des réponses à des questions que personne ne se pose. Ce livre nous rappelle qu’il ne doit pas en être ainsi. Le véritable théologien s’intéresse à la Parole de Dieu pour nourrir le peuple de Dieu. Les réponses qu’il apporte sont souvent celles dont nous cherchons la réponse ou celles dont la réponse nous aiderait.

Dans l’histoire de l’Église, les grands théologiens ont toujours été théologiens pour le bien de tous et Don Carson est un grand théologien. Son livre est ancré dans la réalité, dans le monde où nous vivons et où le péché est présent et nous fait mal. Jusques à Quand ? est un livre ancré dans les réalités que la Bible nous dévoile pour nous aider à nous préparer au mieux à vivre les souffrances que nous connaîtrons et à mieux aider les personnes qui souffrent autour de nous.

Ce qui va suivre n’est pas tellement une revue, une recension de l’ouvrage, mais une présentation de l’importance du livre. J’espère vous faire découvrir si ce livre est pour vous ou non et vous donner envie de le lire si cet ouvrage peut vous aider.

Pourquoi lire ce livre

A moins de mourir très jeune, vous souffrirez ; le sujet du livre en lui-même fait que le livre est important. Concernant cette souffrance, la Bible nous révèle certaines choses que nous devons savoir et nous laisse dans l’interrogation pour d’autres. Il est facile de vouloir parler là où la Bible ne parle pas et de ne pas connaître ce que Dieu nous a révélé. Don Carson ne tombe dans aucun de ces pièges.

Mais le livre évite l’intellectualisme. Don Carson n’écrit pas comme si seule la connaissance suffisait. Il nous dit :

Lorsque le chrétien souffre, l’assurance que son système de croyances est cohérent ne lui suffit pas. Seules la présence du Seigneur lui-même et de son Esprit, une compréhension et une expérience renouvelées de l’amour de Dieu en Jésus-Christ seront de nature à le soulager (Ep 3.14-21). […] Cela signifie que, pour pouvoir puiser du réconfort dans ses convictions, le chrétien doit non seulement être persuadé de leur vérité et de leur cohérence, mais également apprendre à les utiliser. Les croyances chrétiennes ne doivent pas être rangées dans un coin de l’esprit, mais appliquées aux défis de la vie quotidienne du disciple. Faute de quoi, elles seront impuissantes à apporter réconfort et stabilité, piété et courage, humilité et joie, sainteté et foi. (Jusques à Quand ?, p. 21)

Don Carson nous apprend à faire cela, à comprendre et à appliquer les vérités que nous devons connaître.

Ce que vous apprenez dans ce livre

Ce livre vous apprend à :

  1. éviter les pièges courants dans lesquels nous tombons quand nous voulons expliquer le mal
  2. embrasser pleinement des vérités bibliques qui parfois nous semblent contradictoires
  3. comprendre ce que Dieu nous révèle et ce qu’il ne nous révèle pas
  4. comprendre ce que Dieu attend de nous dans la souffrance
  5. voir la souffrance à la lumière de tout le plan de Dieu
  6. comprendre les différents types de souffrances (des catastrophes naturelles aux conséquences de nos péchés, en passant par les souffrances injustes et l’enfer)
  7. comprendre comment la croix nous rassure dans ces souffrances.

Sur ce dernier point, il nous dit :

La croix ne manifeste pas l’impuissance de Dieu ; elle manifeste au contraire sa justice et son amour. […] Pour les chrétiens, qui voient en elle l’expression suprême, à la fois de la justice et de l’amour de Dieu, la croix est extraordinairement rassurante. Le sacrifice a été offert une fois pour toutes (Hb 10.12). Christ, étant mort une fois, ne meurt plus et, dans ce sens, ne participe plus aux souffrances de la croix. Mais cela n’enlève rien au fait qu’il sait ce que souffrir veut dire. « En effet, nous n’avons pas un grand-prêtre qui serait incapable de se sentir touché par nos faiblesse. Au contraire, il a été tenté en tous points comme nous le sommes, mais sans commettre de péché » (Hb 4.15). Et surtout, le fait que Jésus n’endure plus les souffrances de la crucifixion ne saurait faire oublier l’amour qui l’a poussé à monter sur la croix à notre place. Et cela nous suffit. Combien d’hommes et de femmes sont venus à Christ parce qu’ils ont compris, par la grâce de Dieu, que Jésus est mort sur la croix pour eux ? Combien de millions d’êtres humains n’ont saisi toute l’étendue de l’amour de Dieu que lorsqu’ils ont regardé à la croix ? (Jusques à Quand ?, p 231-232)

Pour qui est ce livre

Autant être clair, si vous ne voulez pas réfléchir, ce livre n’est pas pour vous. Si vous voulez que l’auteur vous révèle en moins d’un texto tout ce que vous avez besoin de savoir sur le mal et la souffrance, ce livre ne vous comblera pas. Si le mot doctrine vous donne des boutons, ce livre vous en donnera quelques-uns. De toute manière, il faudrait se méfier de tout livre qui voudrait vous faire avancer dans quelque domaine que ce soit sans vous transmettre les enseignements de la Bible.

Si donc vous êtes prêt à mettre du vôtre, à utiliser l’énergie que Dieu vous donne pour comprendre davantage le monde dans lequel il vous a mis et apprendre à mettre en perspective les événements tragiques qui nous entourent et qui ne tarderont pas à vous arriver, vous pouvez prendre ce livre.

Il est possible que vous n’ayez pas l’habitude de lire ce type de livre, mais rassurez-vous, Don Carson écrit pour être compris. Si vous travaillez à comprendre le livre, il vous aidera à mieux comprendre le mal et la souffrance.

Un conseil

Le dernier chapitre du livre s’intitule : « Quelques réflexions pastorales ». Mais que vous soyez ou non pasteur, si vous lisez ce livre, passez un temps à méditer ces réflexions et à y revenir quand vous voulez encourager vos proches. Voici deux de ces réflexions :

Les meilleures « réponses » à la souffrance sont souvent la présence, l’aide pratique, le silence, les larmes. Il est parfois beaucoup plus spirituel de bêcher le jardin, ou de préparer un gratin pour le déjeuner, que de citer Romains 8.28. L’Écriture elle-même nous exhorte à pleurer avec ceux qui pleurent (Rm 12.15). (Jusques à Quand ? p. 304-305)

Il est faux de nous imaginer que des encouragements verbaux doivent toujours répondre à la question implicite du pourquoi. Tout le monde ne la pose pas. Certains ont simplement besoin qu’on leur rappelle des vérités simples, et n’ont que faire de réponses profondes et complexes à cette question. (Jusques à Quand ? p. 305)

Un avertissement

Le chapitre 10, « Le Dieu qui souffre », est décevant, bien plus il travaille contre le reste du livre. Alors qu’un des objectifs annoncé de l’ouvrage est de donner aux croyants tout le réconfort que la Bible donne, dans ce chapitre Don Carson s’attaque à une des plus grandes sources d’espoir à la disposition du croyant : la doctrine de l’impassibilité. Dieu ne change pas, ni dans son comportement, ni dans ses actes, ni dans ses émotions. Dieu est amour et son amour ne change pas, c’est la fondation de notre espérance. Si j’étais enfant de colère et que je suis devenu enfant de Dieu, ce n’est pas que les sentiments de Dieu ont évolué à mon égard. Dieu m’aimait et m’avait choisi avant la fondation du monde (Ep 1.4).

Pourtant, beaucoup comprennent mal cet enseignement et pensent qu’il enlève à Dieu sa personnalité et ne reflète pas la totalité de la Bible. Don Carson fait partie de ces personnes.  Répondre à tout ce qui est dit dans ce chapitre irait trop loin, un article plus détaillé devrait suivre d’ici une quinzaine de jours. Pour ceux que le sujet pourrait intéresser, vous pouvez consulter par exemple l’Institution Chrétienne de Calvin (Livre 1 XVII.13) ou ces ouvrages (en anglais) : Confessing the Impassible God, God without Passions: A Primer, God without Passions: A Reader.

Conclusion

Ce que je viens de signaler ne doit pas nous faire oublier tout ce qui est positif sur ce livre. Lisez-le pour vous, lisez-le pour vos proches. Ne vous laissez pas emporter par la douceur de votre vie, par le confort dont nous jouissons souvent. Préparez pour vous et vos proches les souffrances à venir. Mettez maintenant du temps à part pour réfléchir et nourrir votre foi de tout ce que la Bible enseigne sur le sujet de la souffrance. Cela ne vous empêchera jamais de souffrir, mais cela pourra vous aider à vivre vos souffrances avec foi plutôt que dans le désespoir. Si vous voulez commencer cette réflexion, cet ouvrage de Carson est un des meilleurs outils à votre disposition. Vous pouvez le trouvez ici.

[mc4wp_form]