Si Dieu a un plan merveilleux pour ma vie, pourquoi ne me le fait-il pas connaître ?

(revue et commentaire sur l’ouvrage : Et si Dieu voulait autre chose pour moi de Kevin Deyoung, édition Maison de la Bible, 2009)

Une réponse surprenante

Si Dieu a un plan merveilleux pour ma vie, pourquoi ne me le fait-il pas connaître ? C’est une bonne question. Kevin Deyoung a une réponse surprenante mais empreinte de sagesse biblique. Certains pourraient même être choqués de cette réponse. Mais cette réponse a changé la vie de beaucoup car elle est fondée sur ce sûr rocher qu’est la Parole de Dieu. Cette réponse m’a amené à me poser de biens meilleures questions pour trouver la volonté de Dieu pour ma vie. Ce livre m’a fait progresser dans ma vie et mon service pour Dieu, il peut le faire pour vous aussi.

Si donc Dieu a un plan merveilleux pour ma vie, pourquoi ne me le fait-il pas connaître ? Tout simplement parce qu’il ne veut pas me le révéler. Dieu a une autre idée derrière la tête. Mais pour comprendre l’idée de Dieu, il faut d’abord comprendre la volonté de Dieu.

Comprendre la volonté de Dieu

Pourquoi tant de confusion sur le sujet de la volonté de Dieu ? Kevin Deyoung nous explique que nous ne nous rendons pas compte que nous utilisons l’expression « volonté de Dieu » de trois manières différentes.

  • Premièrement, nous parlons de la « volonté de Dieu » quand nous parlons du plan de Dieu :

Dieu élabore toutes choses – du décor général jusqu’aux plus petits détails – conformément à ses desseins bienveillants et souverains. C’est ainsi qu’il dirige notre vie. Il ne se contente pas d’en organiser minutieusement quelques-uns des événements clés. Gloire à Dieu, le plus petit des moineaux et le moindre de nos cheveux ne passent pas inaperçus à ses yeux. Et aucun ne tombe par terre sans que le Père céleste ne le veuille (Mt 10.29-39).

Dans toute détresse, dans toute souffrance que nous pouvons traverser en tant qu’êtres humains, regardons à la croix. C’est à cet endroit que nous trouvons la « réponse » à la question du mal. Et il ne s’agit pas d’une réponse théorique. Non, la croix nous montre un Dieu tout-puissant qui fait tout contribuer au bien de ceux qui l’aiment. Aussi choquant que cela puisse paraître, le crime le plus abominable et le plus injuste jamais perpétré sur cette terre – la mise à mort du Fils de Dieu – a eu lieu parce que le Père, dans sa grâce et sa prescience, en avait décidé ainsi (Actes 4.27-28).

Notre vie commence, se déroule et se termine conformément au plan parfait de Dieu (Ps 139-16). (Et si Dieu voulait autre chose pour moi, p. 29-30)

  • Ensuite, nous parlons de la « volonté de Dieu » lorsque Dieu nous guide par sa Parole. Ainsi en commentant l’utilisation de l’expression « la volonté de Dieu » en 1 Jean 2.15-17, Kevin Deyoung nous dit :

Ces versets de 1 Jean ne nous parlent pas de la manière dont Dieu a décidé toutes choses à l’avance, mais de la façon dont il nous ordonne de vivre. Une marche chrétienne conforme à sa volonté, selon l’apôtre Jean, est en opposition à l’amour du monde. Faire la volonté de Dieu, dans ce sens, c’est dire non à la convoitise qui est en nous c’est-à-dire dans notre chair, non à la convoitise des yeux et non à l’orgueil dû aux richesses. En d’autres termes, faire la volonté de Dieu en tant que volonté préceptive, c’est faire ce qui lui est agréable. (Et si Dieu voulait autre chose pour moi, p. 34)

  • Enfin, dans la majorité des cas, nous parlons d’un plan parfait que Dieu a pour notre vie et que nous devons découvrir, et c’est là que le bât blesse :

Voilà qui nous amène au coeur du sujet : Dieu a-t-il pour nous des desseins cachés qu’il attend que nous découvrions avant d’entreprendre quoi que ce soit ? La réponse est non. Bien sûr, il a un plan pour notre vie. Bien sûr, nous avons l’assurance qu’il fait concourir toute chose à notre bien en Jésus-Christ. Bien sûr, lorsque nous regardons en arrière, nous voyons que sa main nous a conduits pour nous amener là où nous sommes aujourd’hui. Cependant, si d’un côté nous avons la liberté de lui demander la sagesse, de l’autre, il ne nous charge pas de la lourde responsabilité de deviner sa volonté à l’avance. (Et si Dieu voulait autre chose pour moi, p. 36-37)

Rechercher le plan spécifique de Dieu pour notre vie est néfaste pour nous

Lorsque nous cherchons à déterminer le plan spécifique que Dieu a pour nous, nous courons le danger de nous détourner de ce qui importe réellement Dieu pour nous tourner vers ce qui lui importe moins. Dieu est beaucoup plus intéressé par notre caractère, au fait que nous ressemblions davantage à Jésus que par l’université où nous allons, le travail que nous exerçons, le conjoint que nous choisissons.

Mais si nous cherchons « la volonté de Dieu pour notre vie », nous nous focalisons davantage là où Dieu se focalise moins et nous négligeons souvent ce qui importe à Dieu et ce dont l’Écriture parle sans cesse.

Qu’est-ce qui nous préoccupe le plus ? Nos études, notre travail, la maison que nous allons acheter, notre conjoint ? Ou est-ce notre caractère et le fait de ressembler à Christ ? Si nous passons moins de temps à nous intéresser à notre caractère qu’à notre situation, c’est que nous ne nous préoccupons pas des mêmes choses que Dieu. Rechercher la volonté de Dieu pour notre vie accentue ce problème.

Kevin Deyoung dévoile toute une série de problèmes avec cette manière de voir la vie. Voici l’une d’entre elle qui est d’actualité : nous apprenons à ne pas assumer nos choix. Puisque nous considérons que Dieu nous a parlé, alors ce n’est plus de ma faute mais celle de Dieu. Si un ami essaie de montrer que nous nous trompons, nous nous cachons sous la pseudo autorité de Dieu et personne ne peut plus rien nous dire.

Mais j’ai tellement de choix, tellement peur de me tromper, que dois-je faire alors ?

Devant toutes les incertitudes de la vie, plutôt que d’attendre un message ou une validation de Dieu, nous avons un meilleur chemin. Le chemin d’une vie de sagesse, une vie où les solutions ne nous sont pas données, mais une vie de relation constante avec Dieu, où nous faisons de vrais choix, que nous assumons. C’est une vie où nous faisons confiance que Dieu nous guide car nous vivons comme Dieu le veut, guidés avant tout par la loi de Dieu, la morale qu’il nous a donnée. C’est une vie où nous faisons de manière constante quatre choses qui nous libèrent :

  • nous lisons les Écritures de telle manière que nous grandissons dans la compréhension de qui est Dieu et ce qui lui plaît
  • nous prions en lui demandant la sagesse et son éclairage
  • nous demandons conseil à ceux qui nous entourent, particulièrement aux chrétiens expérimentés que nous connaissons
  • nous prenons des décisions, tout simplement, dans la confiance que Dieu dirige tout

Ensuite, une fois que nous avons prié, sondé la Parole et cherché conseil, prenons une décision et ne la spiritualisons pas à outrance. Faisons ce qui nous semble le mieux. Nous n’avons pas toujours un mois devant nous pour prier, lire la Parole et demander conseil au sujet dune question donnée. Ainsi appeler la sagesse, c’est bien plus que de chercher à recevoir une parole déterminante concernant telle ou telle grande décision. C’est un mode de vie. Et lorsqu’il en est ainsi, nous sommes plus libres que nous ne le pensons.

Si par une réelle vie de prière, par la persévérance à rechercher de sages conseils et par un attachement profond à l’Écriture, nous nous nourrissons de ce qui honore le Seigneur, il est certain que nos choix l’honoreront aussi. C’est ainsi que nous pourrons commencer à prendre de nombreuses décisions importantes de manière instinctive, et parfois même assez rapidement. Bien souvent, tergiverser indéfiniment est ce qui nous semble le plus sûr, le plus raisonnable et le plus spirituel. Pourtant, occasionnellement, et même assez fréquemment en réalité, il est bon que nous décidions, tout simplement. (Et si Dieu voulait autre chose pour moi, p. 152-153)

Ce qui importe

La volonté de Dieu, ce n’est pas quelques indications par-ci et quelques connaissances secrètes par-là. Le Seigneur ne nous lâche pas dans un labyrinthe en nous disant, après avoir éteint la lumière : « bonne chance pour sortir de là ». Il nous appelle à croire que, dans sa volonté, il nous conduira parfaitement. il nous appelle à obéir à sa Parole, expression de sa volonté bienveillante pour notre vie. Mais il ne nous appelle certainement pas à chercher, nerveux et fébriles, « la bonne page de ce roman dont nous sommes le héros ». […] En d’autres termes, ce n’est pas en leur révélant de mystérieuses indications concernant les étapes à venir qu’il donne à ses enfants la volonté de marcher dans ses voies, mais en leur accordant un coeur qui prend plaisir à sa loi.

Voilà donc ce qui importe : vivre pour lui, obéir à sa Parole, penser aux autres avant de penser à nous-mêmes, rechercher la sainteté et aimer le Seigneur Jésus. Si telle est notre vie, alors, parallèlement, nous pouvons faire tout ce que nous voulons, avec qui nous voulons et où nous voulons, nous serons conduits dans sa volonté. (Et si Dieu voulait autre chose pour moi, p. 191-192)

Conclusion

C’est un des rares livres que je conseillerais à tout le monde. Notre monde favorise l’indécision, le surplace. L’auteur nous rappelle que Dieu veut que nous soyons des adultes qui prenions des décisions et avançons avec assurance car nous savons qu’il contrôle tout. Il y a un merveilleux équilibre entre la manière dont il dénonce les péchés qui nous habitent – le manque de foi, la paresse – et celle dont il nous encourage en nous rappelant qui est notre Dieu et ce qu’il fait pour nous. Ce livre est petit, pas cher. Si vous ne savez pas quoi faire dans votre vie, si vous semblez faire du surplace ou si vous connaissez quelqu’un dans cette situation, ce livre est pour vous.

Vous pouvez l’acheter sur ce lien. Toute fois, au jour où j’écris cet article, sachez que la version papier est très chère sur Amazon (plus de 20€), n’hésitez donc pas à l’acheter ailleurs si vous pouvez.

[mc4wp_form]