Un cours pratique d’évangélisation avec Jésus

Pourquoi acheter un livre des années 70 ? Pourquoi acheter un livre qui critique des pratiques d’évangélisation de cette époque qui n’ont plus vraiment cours maintenant ? Pourquoi donc acheter Le maître à l’oeuvre de Walter Chantry ?

Premièrement parce que Walter Chantry nous amène à observer l’évangélisation de Jésus. Observer ce que Jésus fait ne peut que nous enrichir. Ce que Jésus a fait est toujours d’actualité.

Deuxièmement l’auteur ne se préoccupe pas vraiment de la forme, de l’apparence de l’évangélisation, mais plutôt du message que nous transmettons. Lorsqu’il décrit ce que Jésus fait, il nous donne un contenu à transmettre quelque soit la forme que nous prenons. De même, quand il déplore cette manière de penser de l’époque, il met en avant des manières de penser qui sont toujours les nôtres bien que nous les manifestions autrement.

Par exemple, à cette époque certaines personnes essayaient d’appauvrir l’Évangile prêché parce que « nos semblables ne peuvent plus se concentrer, vous savez… » Assez actuel, vous ne trouvez pas ?

Un bon livre reste bon même 40 ans après sa parution, un bon livre continue à être enrichissant. Captivant, pénétrant, moins de 100 pages et 9€, ce serait dommage de s’en passer !

Walter Chantry part d’un constat : Jésus lui-même ne serait pas admis dans beaucoup de comités d’évangélisation de nos jours. Son message est trop radical pour une Église qui cherche l’unité et ses résultats ne sont peut-être pas ceux que nous imaginerions. L’auteur part donc de l’entretien de Jésus avec le jeune homme riche pour nous rappeler la spécificité du message de Jésus. Il espère ainsi nous appeler à demeurer fidèle à ce message quoiqu’il nous en coûte.

Jésus devrait-il revoir ses méthodes d’évangélisation ?

La question est bien sûr choquante. Aucun d’entre nous n’oserait dire cela. Mais dans les faits, nos actes ou nos manières de penser n’affirment-elles pas quelquefois que Jésus n’était pas très efficace ?

Imaginons cette situation : Un jeune homme influent arrive dans votre Église, il a un fond religieux et demande à votre pasteur ce qu’il faut faire pour être sauvé. Votre pasteur commence par lancer une dissertation sur la personne de Dieu et ses attributs, utilise les dix commandements pour montrer à ce jeune homme qu’il est un pécheur, puis lui montre qu’il est trop attaché aux biens de ce monde pour suivre Jésus. En quelques minutes, cette personne qui disait vouloir être sauvée s’éloigne triste de penser que le salut lui est inaccessible, trop cher. Que pensez-vous de ce pasteur ?

J’espère que vous en pensez du bien : ce qu’il vient de faire est parallèle à la scène entre Jésus et le jeune homme riche.

Imaginons un évangéliste, il a devant lui une foule qui a fait savoir son envie de connaître Jésus. L’évangéliste donne un message basé sur la doctrine de l’élection et la foule part, si bien que seul reste une poignée de fidèles. Que pensez-vous de cet évangéliste ?

Bien entendu, vous voyez le parallèle entre cet évangéliste et Jésus en Jean 6.

Malheureusement, quand nous entendons les descriptions de ce pasteur ou de cet évangéliste, notre première impression n’est pas forcément la bonne. Quelquefois nous ne réfléchissons pas de la manière dont Jésus réfléchissait parce que nous oublions le message qu’il annonçait.

Le message de Jésus

Walter Chantry nous résume ainsi l’enseignement de Jésus au jeune homme riche :

  • Le point de départ est la personnalité de Dieu : « Dieu seul est bon ».
  • Jésus utilise les dix commandements de manière offensive pour montrer au jeune homme qu’il offense Dieu.
  • La repentance est présentée sans compromis, il faut changer de vie et d’orientation pour suivre Dieu.
  • Jésus est présenté comme Seigneur, pas uniquement sauveur. Pour hériter de la vie éternelle, le jeune homme doit suivre Jésus, pas seulement croire en lui.
  • Aucune fausse assurance n’est donnée au jeune homme : il part triste, il sait qu’il n’est pas sauvé, mais il n’a pas été trompé.

Je ne vais pas développer tous ces points, mais en relever un. Nous entendons souvent dire qu’il faut faire de Jésus son sauveur tout en précisant qu’il y a une autre étape : faire de Jésus son Seigneur. Rien n’est plus éloigné de la vérité. Le sauveur est le Seigneur, celui qui sauve est le Seigneur. Si je n’ai pas Jésus pour roi, il ne me sauvera pas.

Pour qui est ce livre

Le livre est court, touche aux fondamentaux de la foi, il concerne tout le monde. Voici une liste de questions :

  • Croyez-vous qu’il est possible que Jésus puisse être sauveur sans être le Seigneur de quelqu’un ?
  • Êtes-vous capable de citer les dix commandements, même dans le désordre, sans ouvrir votre Bible ? D’ailleurs savez-vous où les trouver ?
  • Négligez-vous la doctrine ? Pensez-vous que l’Évangile doit être réduit au minimum lorsque nous l’annonçons ?
  • Pensez-vous qu’il existe des chrétiens charnels ?

Répondre oui à l’une de ces questions montre que vous avez besoin de ce livre.

Conclusion

Ce livre est une contribution importante, il nous aide à nous rappeler le message que Jésus nous demande d’annoncer. Comprendre le message de Walter Chantry est important. Ne pas entendre son avertissement et son enseignement peut avoir une conséquence grave : faire croire à ceux qui nous écoutent qu’ils sont sauvés bien qu’ils soient loin du Christ.
Jésus a été clair dans son message. Le jeune homme riche est parti sachant qu’il n’avait pas la vie éternelle.
Nous voulons voir ceux qui nous entourent être sauvés, particulièrement lorsqu’ils sont nos proches. Mais ne les trompons pas, annonçons ce que nous avons à annoncer clairement, sans rien faire ni dire qui puisse les induire en erreur. Imitons notre maître.