Un obstacle surprenant à la prière détruit par James Hely Hutchinson

Quelquefois nous entendons une phrase qui nous surprend au premier abord, puis lorsqu’elle nous est expliquée nous nous disons : C’est vrai, je n’y avais jamais pensé. Ceci m’est arrivé lors d’une conférence sur la prière dont James Hely Hutchinson était l’orateur. Il exposait les différents obstacles à la prière qu’il connaissait et les ôtait un par un de notre chemin. Puis il a dit : Le prochain obstacle que nous allons aborder est la trinité.

Forcément, dit comme cela, ça surprend. Mais il s’est expliqué et tout est devenu plus clair. Il ne voulait bien sûr pas dire que la trinité mal comprise était un obstacle à la prière, mais que la trinité mal comprise pouvait nous gêner. Voyons pourquoi.

L’obstacle surprenant : la trinité mal comprise

Après la surprise que cette phrase – « Le prochain obstacle que nous allons aborder est la trinité » – a causée, je me suis revu quelques années en arrière et je me suis rappelé des phrases que j’ai entendues, des questions qui m’ont été posées. Ne vous êtes-vous jamais demandé vous aussi :

Si Dieu est trinité, est-ce que je le tutoie parce qu’il est un ou est-ce que je le vouvoie parce qu’il est trois ?

Dois-je prier le Père ? Le Fils ? Le Saint-Esprit ? Les trois ? En quelles proportions ?

Dieu est unique, différent de tout ce que nous connaissons, cela nous trouble parfois pour l’approcher. Mais la Bible nous donne un remède simple contre ce trouble, un remède que James Hely Hutchinson nous a donné très simplement : le modèle de prière trinitaire du Nouveau Testament.

L’obstacle détruit : une prière trinitaire type

Le Nouveau Testament nous donne un modèle où chaque personne de la trinité a un rôle précis. Appliquer ce modèle va nous aider à ôter les questions que nous nous posons et gagner en simplicité et spontanéité. Les prières du Nouveau Testament sont régulièrement adressées au Père, à cause de l’œuvre de Jésus, et rendues efficaces par l’Esprit.

Nous prions le Père parce que le Saint-Esprit nous fait bénéficier de l’œuvre de médiation de Jésus. Jésus a détruit le mur de séparation entre moi et Dieu, j’étais enfant de colère et je suis devenu enfant de Dieu parce que Christ est mort pour mon péché. Je peux m’approcher de Dieu parce que Jésus est toujours là pour purifier ma prière et la rendre acceptable. Si je crois, le Saint-Esprit m’applique continuellement les bienfaits que Christ a obtenus à la croix, dont l’accès à Dieu. Ainsi, je prie Dieu le Père à cause de l’œuvre de Dieu le Fils appliquée par Dieu le Saint-Esprit. Je prie le Père au nom de Jésus par le Saint-Esprit.

Si je suis confus, si je ne sais pas ce que je dois faire, il me suffit de m’adresser au Père tout en comprenant l’œuvre que font le Fils et le Saint-Esprit pour m’unir au Père dans la prière. Ainsi chaque prière implique totalement les trois personnes de la trinité.

Alors je ne peux pas prier Jésus ou le Saint-Esprit ?

Puis-je prier Jésus ou le Saint-Esprit ? Le modèle que nous avons exposé peut nous faire poser cette question. La réponse est un peu différente selon que nous parlons de Jésus ou du Saint-Esprit.

Prier le Saint-Esprit

Il y a dans la Bible des centaines d’exemples de prières, nous n’en trouvons qu’une adressée à l’Esprit (Ez 37). Cette unique prière est particulière : Dieu ordonne à Ézéchiel de s’adresser à l’Esprit. S’il ne l’avait pas fait, il aurait désobéi. Nous ne trouvons pas un seul commandement de Dieu nous demandant de le faire.

Il est possible que vous pensiez que l’exemple d’Ézéchiel justifie la pratique. Je peux le comprendre même si je serais plus prudent. Par contre la faible proportion de prières adressées au Saint-Esprit dans la Bible a une grande autorité, les prières adressées aux Saint-Esprit doivent donc rester rares.

Prier Jésus

La question est ici plus complexe. James Hely Hutchinson ne l’a pas adressée directement. Voici quelques éléments pour compléter.

Si nous lisons l’Ancien Testament à la lumière du Nouveau (voir par exemple ici), nous nous rendons compte que Jésus y est plus présent que ce que nous pourrions penser. De nombreuses références à « l’Éternel/le Seigneur » font référence au Fils. De plus, il semble que le terme « Seigneur » du Nouveau Testament désigne plus couramment Jésus que le Père. En effet, le Père est plutôt appelé « Dieu » et « Père ». Il est probable que toutes les manifestations audibles et visibles de Dieu dans l’Ancien Testament soient des manifestations du Fils. En tout cas, il est certain qu’une majorité le sont. Chaque prière adressée à Dieu dans ces contextes sont donc des prières adressées au Fils.

Ainsi le Nouveau Testament nous fait comprendre qu’il y a un bien plus grand nombre de prières adressées à Jésus qu’au Saint-Esprit. Ces prières traversent toute la Bible depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse (Ap 5.12-14). De plus ces prières sont des prières spontanées acceptées par Dieu. Alors que la seule prière au Saint-Esprit mentionnée dans la Bible est commandée par Dieu.

Prier Jésus est donc légitime.

Un conseil pour progresser dans la prière

La Bible nous donne donc un exemple de prières adressées à Dieu mais aussi à Jésus. Que faire ? Je vous conseille de faire comme lorsque vous avez appris à rouler en vélo. Lorsque vous manquiez d’assurance, vous aviez vos roulettes et puis un jour, vous vous êtes lancés.

Si la trinité vous semble trop mystérieuse, prenez des roulettes, adressez toutes vos prières au Père. Mais ne vous arrêtez pas là. Travaillez à comprendre le mieux possible votre Bible, voyez quelles prières sont adressées à qui et imitez ce que vous voyez dans la Bible ou chez les frères mûrs que vous connaissez. Après un certain temps, vous pourrez enlever les roulettes et vous lancer hors du modèle qui vous a aidé.

Si cet article vous aide, pensez à le transmettre à vos amis. N’hésitez pas non plus à nous poser des questions ou à nous faire des commentaires sur ce lien.